AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  Carte  

Partagez | .
 

 En direction de la capitale...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Silmarien
Vagabond


Messages : 10
Points : 14
Date d'inscription : 14/02/2014

MessageSujet: En direction de la capitale...   Lun 7 Avr - 21:45

Le ciel, dans toute sa magnificence et son immensité, était morcelé d’impressionnants et épais nuages blancs qui laissaient facilement présager une averse qui ne saurait tarder. Malgré tout, cela n’empêchait nullement les rayons du soleil de filtrer aux travers de ce ciel nébuleux et de caresser le visage de la jeune femme qui était tranquillement installée à l’avant de sa roulotte, ses deux mains tenant avec fermeté les rênes du cheval alezan qui tirait la carriole lourdement chargé comme s’il s’agissait d’une simple brouette. Ses naseaux frémissaient doucement à chacune de ses enjambées alors qu’il entamait la montée d’une petite colline. Un cahot secoua la roulotte, sortant la jeune femme de sa torpeur. Cette dernière pinça lentement les lèvres. Trois jours s’étaient écoulés depuis son dernier travail et elle avait un peu de mal à oublier le sentiment qui avait ce jour-là– à peine démanger - son cœur d’un sentiment de révolte. Elle l’avait prévenu des conditions et pour ne pas les avoir respectés, il en avait payé le prix. La jeune femme jeta un œil en arrière et sourit d’un air satisfait à la vue du petit bocal enfouie d’un panier non loin d’elle. Ce qui était certain, c’est qu’on entendrait plus parler de cet homme et Silmarien était convaincue que personne ne regretterait qu’il ne soit… plus là. Gargil était un porc, autant pour son attitude que pour son apparence physique et la jeune elfe était encore étonné d’avoir pu soutirer quelque chose d’utilisable chez lui.

Les choses étaient ainsi. Silmarien était le genre de personne qui n’aimait pas particulièrement qu’on se moque d’elle, ou quand un client commençait à avoir les yeux plus gros que le ventre comme cela avait été le cas avec Gargil. Bien que d’une certaine façon elle avait éprouvé quelque chose qui s’approchait faiblement de ce que les gens appelait communément l’enthousiasme – et c’était un bien grand mot – face à cet homme qui, bien qu’il avait essayé de le cacher, avait clairement chercher à la duper, elle avait gardé quelque chose de dérangeant au fond de son cœur et elle en avait déduit que l’unique manière de se débarrasser de cette étrange impression, c’était simplement de faire disparaître le sujet qui en était la cause. Résultat des courses, elle se sentait beaucoup mieux. Elle poussa un soupir de satisfaction et commença déjà à réfléchir à la prochaine étape de son voyage : Railan. Certaines requêtes des habitants de la ville ne pouvaient être honorées à la seule condition qu’elle soit présente. Le voyage était long, mais ce n’était rien pour la jeune femme qui avait vu défiler bien plus d’années que cela en restant simplement assise contre un arbre, tout en étudiant ses livres.

- J’ai mal au ventre, gémit soudain une voix rauque à l’intérieur de la roulette.

Silmarien ne prit même pas la peine de se retourner, ignorant superbement la voix plaintive.

- Rhô, arrête de faire ta chochotte deux secondes. Ça fait trois jours que tu rabâches le même discours, je commence à en avoir marre, siffla une autre voix d’un ton venimeux. Ferme-là tu veux bien !

- C’est toi qui devrais te taire, foutu reptile de pacotille, cracha la première voix, haineuse. Aux dernières nouvelles, ce n’est pas toi qui t’es chargé de faire le sale boulot !

La jeune femme se figea.

- Le sale boulot ? répéta-t-elle lentement en entendant ses mots.

La jeune elfe fit s’arrêter la roulette et se tourna lentement son regard à l’intérieur de la roulotte. Au milieu des meubles et des paniers emplis de flacons et de sachets d’herbes diverses et variées, se tenait étroitement un loup massif à la robe d’un noir de jais et qui s’éclaircissait vers le gris au niveau  des pattes et des oreilles. Ce dernier trembla face au regard inexpressif de sa maîtresse et quand bien même qu’il ne supportait pas ces yeux froids posés sur lui, c’est à peine s’il eut le courage de baisser les yeux, et encore ! Il connaissait assez bien la jeune femme pour savoir que quand elle était contrariée, il ne fallait sous aucun prétexte se dérober à son regard. Dans le cas contraire, ce qui en découlerait serait encore pire.

- Fenrir, il me semble que tu n’as pas ton mot à dire dans cette histoire. Dois-je te rappeler ce qu’il s’est passé il y a deux lunes de cela ? Par ta faute ?

Le loup trembla et secoua vivement la tête. En temps normal, une personne qui en réprimandait une autre était irritée, en colère et ça se voyait sur son visage. Cependant, il n’y avait rien de cela sur le visage de l’elfe. Son visage était de marbre, seul son regard semblait comme une lame tourné et retourné dans la plaie déjà ouverte.

- Je suis désolé. Cela ne se reproduira plus.

Plus jamais il ne se plaindrait si c’était pour affronter à chaque fois le regard démoniaque de sa maîtresse. Il présageait déjà des cauchemars pour les trois prochaines pleines lunes rien qu’avec ce qui venait de se passer aujourd’hui. Il geignit doucement quand une nouvelle douleur irradia dans son estomac, lui arrachant un faible couinement qu’il étouffa à peine ses lèvres franchies. Le bruit semblait pourtant ne pas avoir échappé à Silmarien qui sembla encore plus froide que jamais.

- Ananta.

- Maitresse ?

Quelque chose se détache de la zone d’ombre au fond de la roulette et un énorme serpent d’un vert grenat apparut, inclinant sa tête devant la jeune femme.

- La troisième étagère sur ta gauche. Cinquième tiroir à partir du haut. Casier numéro trois.


Le reptile tourna sa tête vers le tiroir en question et elle sut immédiatement de quoi il s’agissait en voyant le contenu du casier. Elle s’empara du petit sachet alors que la roulette, dans un soubresaut, reprenait sa route et reprit forme humaine afin de pouvoir administrer le médicament au loup qui n’avait de cesse de jeter un regard empli de dévouement à la jeune elfe qui s’était déjà retourné.

Le vent soufflait beaucoup plus fort, mais l’étalon qui acheminait la roulotte ne semblait pas plus perturbé que ça. Malgré tout, Silmarien, en regardant le ciel une nouvelle fois, comprit qu’il valait certainement mieux qu’elle s’arrête quelque part au moins jusqu’à ce que la tempête se calme. L’atmosphère était pesante et l’elfe savait que cela n’avait rien de naturel. Le vent portait jusqu’à ses oreilles le grondement d’une bataille au loin alors qu’un immense éclair pourfendait le ciel maintenant gris.

_________________

"Je me fraie un chemin sur cette terre que la lumière de la lune gèle, l'ère de la destruction et de la renaissance commence." Bakumatsu K.I
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zack Gaunt
Modérateur


Messages : 216
Points : 234
Date d'inscription : 26/09/2013
Age : 26
Localisation : Tan-Velras

MessageSujet: Re: En direction de la capitale...   Lun 7 Avr - 22:24

Suite de : Lien

*Bien loin de la roulotte, au milieu des montagnes, flottait un nuage de poussière.

Ce qui était, il y a encore quelques minutes, un véritable champ de bataille était devenu une plaine parsemée de cratères où l’on n’entendait pas le moindre bruit si ce n’est celui du vent.

Allongé, face au ciel, Zack regardait tombé une multitude de flocons. L’air était devenu si froid suite à la disparition de l’Anomalie que le souffle de Zack se changeait en une fine fumée blanchâtre.

Peu à peu le monde s’animait autour de lui : les villageois et les encapuchonnés reprenaient connaissance. Rassemblant leurs forces et leurs armes.
Ça aurait été avec plaisir que le jeune homme les aurait aidé, mais il n’arrivait plus à bouger une grande partie de son corps… pas assez pour se lever en tout cas.

Arrivant à tourner la tête, il vit que Kaze, le petit singe, se tenait à côté de lui, se curant le nez comme à son habitude.
Ils échangèrent un regard avant que le singe ne lui fasse un sourire. Zack ne savait pas trop ce qu’il voulait dire : le singe avait une tête assez bizarre et déchiffrer ce qu’il pensait relevait de l’exploit, mais dans ce sourire, il sentit comme une réelle satisfaction.
Kaze s’assit alors à côté de Zack et se mit à lui frotter la tête, ce qui n’était pas desagreable.*

Zack : T’es vraiment un bonhomme bizarre toi…

*C’est alors que Marcus et Korgen arrivèrent pour porte le jeune homme.
Lorsqu’il fut redresser, soutenu par ses deux compagnons, le maitre des encapuchonnés arriva.
Zack ne voulait pas de remerciement, mais il s’attendait à des propos bien plus sympathique que ceux qu’il reçut.*

Maitre : De tels pouvoirs… Nous avions demandé de l’aide, pas une tentative pour nous éliminer !

*Zack n’en croyait pas ses oreilles : on lui en voulait d’avoir vaincu l’Anomalie. Certes la méthode avait été brutale mais le résultat était là.*

-Nous ne sommes pas redevable envers un fou ! Utiliser inconsciemment autant d’énergie ! Plusieurs des nôtres sont morts suite à cela !

Marcus : Mais il a…

-Tué stupidement des gens !
L’anomalie n’est plus, mais notre collaboration s’arrête la ! Zack Gaunt, les gardiens se souviendront de vous, mais surement pas de la façon dont vous l’espérez !


*Le maitre et ses troupes firent aussitôt volteface et quittèrent les lieux, laissant les habitants de Brunnel enfin en paix.

Tout ce petit monde revint alors au village où ils furent accueillis avec joie par le reste des habitants qui s’inquiétaient depuis leur départ.

Maintenant que l’Anomalie n’était plus là et de ce fait les encapuchonnés non plus : le village allait de nouveau pouvoir subsister. C’était un soulagement pour tout le monde.
C’est avec plaisir que Zack regarda Marcus filer droit vers sa famille pour les prendre dans ses bras.*

Korgen : T’as pas fait dans la dentelle, mais sans ça, on aurait peut-être jamais gagné. Par chance les villageois ont été soufflés bien avant l’explosion, donc hormis des blessés, nous n’avons rien.

-Ca m’évitera de prendre un second savon…

-T’occupe pas de ce que ce type à dit. Ce sont des gens assez bizarre ces gardiens… Ce genre d’ordre secret c’est toujours… particulier…
Et maintenant tu comptes faire quoi ?


-Il faut que je parte au plus vite pour Railan…

*Zack fut interrompu par un éclair suivit d’une véritable cascade d’eau qui s’abattu sur la région.
Tandis que Kaze courait dans tous les sens en criant sous les rires des enfants du village, Zack poussa un soupir : il allait passer encore quelques temps ici. L’occasion pour lui de récupérer.

Alors qu’il se dirigeait vers l’hôtel de ville ou se réunissait tout le monde, il ne put s’empêcher de sentir quelque chose. C’était fin, très subtil, presque imperceptible, mais c’était une énergie qu’il n’avait jamais senti jusque-là. Avant d’entrer dans le bâtiment, il eut juste le temps de voir du coin de l’œil, une roulotte à l’entrée du village.*

_________________
Zack - Carnet de voyage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.chasevideogame.com/
Silmarien
Vagabond


Messages : 10
Points : 14
Date d'inscription : 14/02/2014

MessageSujet: Re: En direction de la capitale...   Lun 7 Avr - 23:33

Ça n’était pas dans ses habitudes, mais ce sentiment avait vibré en elle avec une telle intensité qu’il lui était impossible de l’ignorer plus longtemps. L’orage grondait férocement alors qu’une pluie diluvienne s’abattait sur elle, mais elle n’en avait cure. Elle était surtout intrigué par l’onde magique qu’elle avait ressenti et qui avait fait plier les arbres alentours dans un concert de mugissements douloureux. La jeune femme ferma les yeux alors qu’elle rabattait la capuche de son manteau sur son visage afin de se protéger de la pluie. Les arbres lui parlaient. Ses oreilles elfiques pouvaient entendre le bruissement des feuilles, le craquement douloureux des branches d’arbre qui relataient l’incident survenu non loin d’ici. Sa priorité était d’accéder à la capitale, mais il était évident que par ce temps, il lui était impossible d’aller plus loin. Et de toute manière, sa curiosité était légèrement piqué par ce qu’elle venait de ressentir. D’où provenait exactement cette magie et plus important, à qui appartenait-elle ?

- Que fait-on maîtresse ? siffla Ananta derrière elle.

Silmarien ne répondit rien, hésitant – ce qui était chose rare- sur la marche à suivre. Elle décida finalement d’ignorer ce qui venait de se passer et considéra l’idée de s’arrêter sous le couvert des arbres de la forêt quand son attention se porta sur Fenrir qui s’était figé, le regard comme perdu dans le vide. L’elfe le considéra quelque instant. Ce n’était pas un comportement habituel et à en juger par son attitude, elle en déduit naturellement que son sens olfactif ainsi que son ouïe, avaient perçus quelque chose qui avait attiré son attention. Ce qui était assez rare chez Fenrir. Ce qui, en déclinaison, méritait peut-être finalement qu’elle y prête de l’intérêt.

Elle se demanda par ou aller quand il lui vint une idée. Elle ferma les yeux et quand elle les rouvrit, elle tourna lentement son regard vers l’entrée de la forêt non loin d’elle. Bien que trempé, un cerf majestueux à la robe clair se dressait fièrement, ses yeux en amande tournaient vers elle.

- Indique-moi la route.

Le cerf resta immobile un court instant avant d’incliner sa ramure et de s’élancer à travers la colline. L’elfe serra les rênes et fouetta l’air, l’alezan se cabrant aussi haut que ses attaches lui permettait et s’élança à la suite de l’animal dans un soubresaut qui arracha un cri surpris d’Ananta et de Fenrir qui gémit une nouvelle fois, des larmes aux yeux.

- Mon ventre…

Ils arrivèrent très bientôt à l’entrée d’un village et Silmarien grimaça en espérant que ses flacons soient intacts dans leur intégralité. La roulotte n’avait eu de cesse d’être secouée, en raison du vaste terrain dévasté qu’ils avaient traversé. C’était très certainement à cet endroit que la bataille avait eu lieu, car la jeune femme pouvait encore sentir l’odeur âcre de bois brulé et de la terre calciné par endroit. Le cheval alezan ralentit son allure quand le cerf s’arrêta non loin de l’entrée du village. Il inclina sa ramure une nouvelle fois et fis demi-tour alors que Silmarien concentrait son attention sur la légère agitation à l’intérieur du village qu’elle pouvait distinguer à travers la pluie.

- Est-il bien prudent de nous arrêter dans ce village maîtresse ?

- Il est trop tard pour faire marche arrière et je suis fatiguée.

Ananta ne protesta pas et se calfeutra au fond de la roulotte alors que l’elfe rabattait un tissu derrière elle afin d’en dissimuler le contenu. Puis elle fit claquer les rênes du cheval et ce dernier reprit sa marche jusqu’à l’entrée du village.

Elle ignora superbement les villageoises qui soutenaient des hommes blessés, les enfants qui couraient après un singe à l’air nigaud, un villageois qui vérifiait l’état extérieur de sa maison, un couple de vieillards tremblotants qui la désignait du doigt, mais concentra son attention vers trois hommes en particulier qui semblaient se diriger vers une grande bâtisse. Deux d’entre eux semblaient soutenir le troisième qui semblait blessé. Elle sut qu’elle avait trouvé la réponse à ses questions. Ignorant les regards intrigués qui se posaient sur elle, elle fit avancer sa roulotte jusqu’au petit groupe qui ne s’aperçurent de sa présence qu’une fois que le puissant bruissement de naseaux de son cheval n’attirent leur attention.

Les deux hommes qui soutenaient celui qui étaient blessé semblèrent se méfier d’elle dès qu’ils la virent. Elle ne pouvait leur en vouloir, tout de noir vêtue qu’elle était, et ce de la tête au pied car enfermé dans son long et épais manteau, sa roulotte conduit par un fier, puissant et robuste alezan à la robe noir. Mais ça en était ridicule en même temps.
Elle posa son regard sur eux, et plus particulièrement sur celui qui était blessé, mais sa voix s’adressa aux deux autres hommes.

- Bonsoir. Je cherche à rejoindre Railan le plus vite possible, mais la pluie m’a arrêté et mon cheval a besoin de repos. Auriez-vous un endroit où je pourrais rester pour la nuit ?

- Et bien c’est que…

La voix, hésitante et faible. Appartenant surement au plus petit. Mais son attention était focalisé sur celui qui était blessé. Faible, mais elle était là. Cette magie qui grondait en lui. Le plus costaud, un homme très grand la jaugea du regard. Silmarien lui jeta un regard dégouté, mais ce dernier ne s’en aperçut guère à cause de la capuche qui recouvrait son visage.

- Comme vous pouvez le voir, il y a eu un petit incident, commença celui qui s’avérait être Korgen. Nous ne sommes pas certains d’avoir un endroit confortable pour vous accueillir convenablement et nous sommes très occupés avec nos blessés.

- L’endroit m’importe guère, lâcha-t-elle lentement en jetant un regard dédaigneux autour d’elle. Pour ce qui est des blessés, je peux peut-être faire quelque chose. Je suis en quelque sorte… médecin. Offrez-moi l’hospitalité et je vous offre mes talents de guérisseuse.

_________________

"Je me fraie un chemin sur cette terre que la lumière de la lune gèle, l'ère de la destruction et de la renaissance commence." Bakumatsu K.I
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zack Gaunt
Modérateur


Messages : 216
Points : 234
Date d'inscription : 26/09/2013
Age : 26
Localisation : Tan-Velras

MessageSujet: Re: En direction de la capitale...   Mar 8 Avr - 0:28

*Zack avait du mal à rester conscient : la mixture qui l’avait boosté était en train de délivrer ses effets secondaires.
Il écoutait d’une oreille distraite la conversation entre Korgen et une inconnue.*

Korgen : Un médecin ? Ca nous serait utile effectivement.

*Un homme s’approcha alors rapidement du groupe.*

Habitant : Je vous ai entendu : le maire veut que tous les blessés soient installés au plus vite dans l’hôtel de ville. Toute personne qui peut apporter de l’aide pourra loger dans l’aile Est du bâtiment.

*L’homme s’éloigna tandis que plusieurs personne entrai dans le bâtiment avec du matériel de soin des plus rudimentaire.
Korgen se tourna vers Zack.*

- On n’ira pas loin avec ça… T’aurais pas un autre mélange, une autre recette de sa sœur pour soigner ?

*Zack secoua la tête en signe de négation. Il était épuisé : le verdict arriva rapidement lorsque Korgen passa sa main sur le front du jeune homme, découvrant ainsi que celui-ci était brulant.*

-On doit l’installer au plus vite ! Vous êtes médecin hein ? *Demanda Korgen par pure rhétorique à l’inconnue.* Dépêchons nous !

*Zack se laissa porter, ce qui n’était pas bien dur pour Korgen.
Quelques instants plus tard, il était assis sur un lit de camp dans une pièce à l’écart des autres. Du fait de son état, c’était aussi bien pour le protéger lui que les autres blessés.

Alors que Zack essayait pénible de rester conscient, Kaze entra dans la pièce, hochant la tête à chaque pas. Il se posa devant Zack puis tourna la tête sur le côté ou se trouvait l’inconnue. Il la toisa du regard comme s’il l’analysait… ce qui était peu probable vu l’air benêt qu’il avait.
Grimpant alors sur une table d’où il pouvait voir toute la pièce, Kaze resta immobile, on aurait presque pu croire que c’était une peluche.

S’essuyant péniblement le front, Zack leva les yeux vers l’inconnue. Il n’arrivait pas à discerner son visage sous la capuche, d’ailleurs il ne discernait plus grand-chose. Il était par contre bien conscient de son état : jusque-là le contrecoup était aussi costaud que prévu… et ce n’était que le début.
Korgen ayant dû aller donner un coup de main, il ne restait que Zack et l’inconnue.*

Zack : Rassurez-vous ce n’est pas contagieux. Vous ne pourrez d’ailleurs pas y faire grand-chose…

*Zack secoua alors la tête. Il essayait de chasser la fatigue de son regard. Ou du moins ce qu’il prenait pour de la fatigue car rapidement il comprit que l’espèce de brume qu’il voyait n’était pas dû à son état. C’était bien quelque chose qui émanait de l’inconnue. Un genre de halo… il était très fin et se mélangeait à d’autres halos un peu partout dans la pièce.
Mais celui qui entourait l’inconnue était diffèrent… Zack était trop fatigué pour réussir à définir en quoi précisément, il n’était ni rassuré, ni inquiet.
Il était sur d’une chose : il n’hallucinait pas. Il avait l’habitude d’en voir des hallucinations avec Nom et Ashura, et cette fois c’était un truc bien réel.*

-Drôle d’énergie…

*Se ressaisissant, du moins en apparence, il fixa l’inconnue.*

-C’est pas souvent qu’on voit un médecin aussi bien armé… C'est de la déco ou je dois m'attendre à du grabuge?

_________________
Zack - Carnet de voyage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.chasevideogame.com/
Silmarien
Vagabond


Messages : 10
Points : 14
Date d'inscription : 14/02/2014

MessageSujet: Re: En direction de la capitale...   Mar 8 Avr - 11:28

La jeune femme soupira intérieurement en roulant des yeux. Dieu, qu’il était déprimant que de perdre ainsi son temps à traiter avec des individus d’un niveau intellectuel largement inférieur au sien. Elle leur avait proposé son aide, mais il était évident qu’elle l’avait fait dans l’unique but de se garantir un lieu de séjour pour la nuit. Ils pouvaient tous mourir, elle n’en avait cure, mais dans l’intérêt de la science et afin de satisfaire sa curiosité face à cet homme blessé qui lui apparaissait peu à peu comme une énigme, elle se dit qu’elle pouvait bien faire une petite entorse à ses habitudes. Guérir les blessés pour dormir dans une maigre couche de fortune était une bien maigre compensation et encore.

- Pour leur propre sécurité, cet homme se doit être digne d’intérêt, car autrement je ne suis pas certaine quant à la suite des événements, pensa-t-elle cruellement en plissant les yeux.

Elle resserra ses mains sur les rênes de sa monture, jaugeant l’état de fatigue du garçon alors qu’un villageois s’approchait d’eux afin de leur délivrer un message du maire. Les évènements semblaient se dérouler de manière satisfaisante et même Korgen semblait apte à accepter son assistance. Elle les suivit donc alors que l’homme massif lui inclinait de la suivre et elle poussa sa monture jusqu’à leur destination : l’hôtel de ville. Elle s’assura de mettre son chargement à l’abri d’une toiture juste à côté de l’entrée et grimpa à l’intérieur de sa roulotte, plaçant dans une grande sacoche en bandoulière le matériel, les herbes et décoctions qui lui serait nécessaire. Elle vit du coin de l’œil Ananta et Fenrir sortir de l’ombre.

- Quels sont les ordres maîtresse ? grogna le loup en levant le museau vers elle.

- Je risque d’en avoir pour un moment, murmura Silmarien en faisant tourner une fiole entre ses doigts avant de la remettre à sa place et d’en saisir d’une autre. La plupart des villageois semble s’être rassemblé à l’intérieur du bâtiment. Je veux que tu ailles à l’extérieur et que tu mènes l’enquête.

- Sur ce qui vient de se passer ici ?

- Oui. Prends tout ce que tu peux trouver. Et veille à ne laisser aucune trace de ton passage.

- Vos désirs sont des ordres.

- Quand à toi Ananta, je veux que tu enquêtes de ton côté, mais à l’intérieur même du village. Ca ne devrait pas être difficile vu que nous serons presque tous rassemblés dans ce bâtiment.

- J’ai compris, siffla le reptile en s’inclinant.

L’elfe souleva un pan du tissu qui les protégeait des regards indiscrets et tendit l’oreille tout en observant les alentours à la dérobée. D’un signe de tête, elle fit signe à ses deux servants d’y aller. Fenrir bondit d’un saut et fila dans l’obscurité jusqu’à l’extérieur du village alors qu’Ananta se glissait jusqu’au sol pour disparaître presque immédiatement dans l’ombre des maisons. Quand elle fut certaine de ne plus sentir leur présence, Silmarien récupéra ce qu’il lui manquait et rejoignit les habitants à l’intérieur. Marcus, qui c’était présenté, lui fit part de la demande de Korgen. Il semblerait que l’homme tenait à ce qu’elle s’occupe en priorité de celui dont elle appris enfin le nom : Zack. Elle inclina simplement la tête pour montrer qu’elle avait compris et se dirigea vers une pièce à l’écart de la salle principale. Pourquoi autant de discrétion pour un seul blessé, elle se le demanda. Elle croisa Korgen alors que ce dernier sortait de la dite pièce.

- Je vous le confie.
- Très bien.

Silmarien pénétra à l’intérieur de la pièce et la referma derrière elle, jetant un bref regard intrigué à ce même singe à l’air nigaud qu’elle avait vu précédemment. Le primate se cura le nez avec élégance en la regardant avant de grimper sur la table et de s’immobiliser, tel une statue de cire. Seul son regard qui louchait de temps à autre témoignait d’un signe de vie. Elle s’appuya contre le mur afin d’observer Zack à son aise. Bien qu’il montre un extrême état de fatigue évident, cela n’empêchait pas l’elfe de ressentir l’impression de puissance qui se dégageait de lui. Quelque chose qui intimait le respect. Et pas le sien en tous les cas, tant qu’elle ne savait pas à qui elle avait affaire.

- Rassurez-vous ce n’est pas contagieux. Vous ne pourrez d’ailleurs pas y faire grand-chose…

L’elfe haussa un sourcil. Bien que son visage soit entièrement dissimulé  sous sa capuche, le garçon semblait avoir perçu son regard. Le fait que ce soit contagieux ne la gênait guère. D’un seul coup d’œil, elle avait bien vu que ce n’était rien qui soit transmissible. Ce qui l’intéressait davantage, c’était les raisons qui l’avait amené à être dans un tel état.

- Drôle d’énergie…

Et capable de ressentir sa magie alors qu’elle faisait toujours en sorte de la dissimuler. Impressionnant. Et c’était une chose rare pour elle que de penser cela de quelqu’un. Sa main glissa presque inconsciemment jusqu’à l’un de ses katanas qu’elle taquina du bout des doigts.

- C’est pas souvent qu’on voit un médecin aussi bien armé… C'est de la déco ou je dois m'attendre à du grabuge?

Silmarien en aurait presque éclaté de rire et sa main se détacha de l’épée pour revenir prendre mollement le long de son corps.

- Les routes sont dangereuses dernièrement. Il faut bien pouvoir se défendre, surtout pour une simple guérisseuse comme moi. Les bandits sont trop facilement attirés par une femme voyageant seule.
Puis sans prévenir, elle s’approcha de lui et sans lui laisser le temps de faire quoi que ce soit en raison de son état, se saisit de son bras de sa main gauche gantée de fer. Elle le tint à sa hauteur,  tâtant les muscles de son autre main.

- Ils commencent à s’atrophier. Il les a poussé jusqu’à leur limite…

Elle pinça la chair du doigt à plusieurs endroits avant de faire la même chose avec l’autre bras. Elle plissa les yeux quand elle remarqua les tatouages sur chacun de ses bras : un soleil et un 18 qu’elle grava dans un coin de son esprit. Elle l’obligea ensuite à se tourner afin qu’il soit dos à elle et sortit une grande aiguille de sa sacoche.

- Ça risque de piquer un peu.

Elle était même certaine que vu son état, il risquait de ne pas ressentir grand-chose. Elle piqua à plusieurs endroits de tensions et elle put voir le garçon se détendre. Puis lentement, elle glissa ses paumes sur l’omoplate gauche, sa main gauche gantée de fer appuyant sur le haut du corps alors que sa main droite se resserra autour de son bras. Alors d’un seul coup sec elle le fit tourner en arrière.

- L’épaule était luxé… dit-elle simplement.

Puis Silmarien se leva et poussant d’une main le singe qui s’était installé sur la table afin de faire un peu de place, elle posa son sac et étala quelques fioles et des sachets d’herbe, ainsi qu’un mortier et commença à préparer une mixture.

- Votre état me laisse à penser que vous avez pris quelque chose afin de booster votre énergie. Je ne pense pas que vous me communiquerez les ingrédients de ce que vous avez bien pu avaler – bien que l’elfe avait deviné en grande partie ce qui la composait en examinant Zack – donc je vais vous préparer une décoction qui devrait vous remettre très vite sur pieds.

L’elfe ouvrit plusieurs flacons et versa quelques gouttes de leur contenu dans sa préparation avant de mélanger le tout une fois de plus.

- Malheureusement, il se peut que certains éléments de sa composition entre en conflit avec ceux que vous avez avalés, continua-t-elle d’une voix atone. De tels drogues ne disparaissent pas aussi rapidement de votre organisme. Vous souffrirez, ou pas. Mais je peux vous garantir que malgré tout, vous serez sur pieds.

La jeune femme se retourna et montra un flacon contenant la mixture qu’elle avait préparé. Celle-ci était d’un rouge comme le sang.

- A vous de décider si vous souhaitez être sur pieds rapidement. Ce flacon est à vous, à condition que vous me proposiez quelque chose en échange et ce d’un prix équivalent. Et sachez que l’argent ne m’intéresse guère. Rien n'est gratuit avec moi, c'est ma... politique.

Sous sa capuche, l’elfe souria lentement.

_________________

"Je me fraie un chemin sur cette terre que la lumière de la lune gèle, l'ère de la destruction et de la renaissance commence." Bakumatsu K.I
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zack Gaunt
Modérateur


Messages : 216
Points : 234
Date d'inscription : 26/09/2013
Age : 26
Localisation : Tan-Velras

MessageSujet: Re: En direction de la capitale...   Mer 9 Avr - 20:44

*Zack esquissa un sourire : « une simple guérisseuse », c’était soit une personne très humble, soit une personne très maline.
Il voulut répondre mais à cause de son esprit embrumé et de la rapidité de l’inconnue, il se retrouva examiner comme un spécimen entre les mains d’un scientifique, au moins elle ne semblait pas mentir la dessus.*

Zack : Il me faut juste du repos…

*L’instant d’après il se retrouva dos à la femme, sentant sa peau se pincer a quelques endroits.*

-J’ai l’habitude. Ma magie est assez capricieuse, pas besoin de…

*La remise en place de son épaule lui arracha un grognement de douleur alors qu’il failli tourner de l’œil.

Tandis que l’inconnue s’affairait sur la table. Kaze, qui avait été chassé, s’approcha de Zack et lui tapota le genou avant d’indiquer du doigt la fenêtre. Le jeune homme se tourna et observa ce qu’il se passait dehors. Sa vue n’était pas très clair mais il distinguait quelque chose… on aurait dû une fine lumière d’un bleu sombre. Cela ressemblait beaucoup à ce qu’il avait vu autour de la femme, mais en beaucoup moins fort.

Ashura apparue alors à côté de lui. L’hallucination présente uniquement dans l’esprit de Zack, fixait la femme qui préparait sa mixture. Elle esquissa un sourire.*

Ashura : Alors que ton corps déguste, il semblerait que tes sens s’améliorent. Mais c’est un peu tôt pour ça. En attendant que tu récupères, je vais t’emprunter ton nouveau talent.

Zack fronça les sourcils, fixant Ashura, donnant l’impression qu’il fixait le vide. Il secoua alors la tête, pris de nausées. Et en se tourna vers l’inconnue, il remarqua que le halo avait disparue… La femme pris alors la parole, l’empêchant de réfléchir à ce qu’il venait de se passer.*

Silmarien :  Vous souffrirez, ou pas. Mais je peux vous garantir que malgré tout, vous serez sur pieds.

*Zack faisait de son mieux pour rassembler ses forces. Il savait très bien que ce n’était qu’une question avant que son corps ne flanche. C’était pour ça qu’il avait négocié son rapatriement à Railan en échange de son aide pour combattre l’anomalie.
Seulement maintenant il était coincé ici avec un corps qui allait bientôt devenir une prison pendant quelques temps… La proposition de cette inconnue n’était pas une option…

C’est alors qu’elle annonça la suite.
Zack fronça les sourcils tandis qu’il perdait peu à peu pied. Il fixait des yeux la potion rouge, sa seule chance de pouvoir venir en aide rapidement aux habitants enfermés dans la boule à neige.*

-J’aime beaucoup cette femme !

*L’espace d’un instant Zack détourna le regard vers Ashura avant de se reconcentrer sur l’inconnue.*

-Quelque chose d’équivalent à plusieurs semaines d’handicap sévère… Je n’ai rien dont je peux me séparer pour ça… Tout ce que j’ai vaut bien plus qu’un remède miracle…

*Zack n’avait même pas besoin de réfléchir : ce qu’il avait se résumait rapidement : son katana qui était un cadeau de Shera dont il ne se séparerait jamais, il en allait de même pour son sac offert par sa sœur, la boule à neige contenait tous les habitants d’Imbral et enfin le petit singe qui sautillait en vain pour piquer la potion a l’inconnue. Il tenait à ce petit bonhomme, son seul compagnon réel.*

-Ca résume vite t’as petite vie triste… Tu vas passer un petit moment cloué au lit…

*Tandis qu’Ashura disparaissait en rigolant. Zack se leva, forçant sur ses muscles déjà bien abimé. Il fit ainsi face à l’inconnue.*

-Je n’ai qu’une chose à proposer en échange : Moi.

_________________
Zack - Carnet de voyage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.chasevideogame.com/
Silmarien
Vagabond


Messages : 10
Points : 14
Date d'inscription : 14/02/2014

MessageSujet: Re: En direction de la capitale...   Lun 14 Avr - 16:32

Son museau furetant dans la boue, Fenrir s’affairait à capturer la moindre parcelle d’odeur qui lui tombait sous la patte. Il lécha un éclat de pierre brisé, un monceau de terre, un bout de bois, les résidus magiques crépitant sur sa langue avant de disparaître. Non loin de l’entrée du village se trouvait encore les corps des victimes de l’accident et que les villageois n’avaient pas récupéré, les blessés étant bien entendu leur priorité. Le loup s’approcha de l’un des corps qui était face contre terre. Les membres semblaient comme désarticulés et il se demanda ce qui avait bien pu provoquer de telle blessure. Il s’approcha et poussa sa tête contre le cadavre pour le faire se retourner et s’arrêta quelques secondes devant la dernière expression figé sur son visage encapuchonné. De la peur à n’en point douter. Comme si cet homme avait vu quelque chose de très effrayant avant de mourir, ou peut-être était-ce simplement sa propre peur face à une mort qu’il savait inévitable. Et ça il n’y avait qu’un seul moyen de le savoir.

Fenrir ouvrit grand sa gueule, ses crocs luisant sous les rayons de lune.

++++++++++

Ananta goutta la terre du bout de sa gueule avant de faire demi-tour, son corps glissant sur la terre boueuse. Ils y avaient plusieurs résidus magiques qui subsistaient encore ici et là, bien que très faibles à présent mais elle s’imprégna de chacun d’eux. Elle observa d’un œil critique une planche de bois brisés parmi d’autres, se demandant si cela pouvait être lié d’une quelconque façon aux mêmes dégâts qui se trouvaient à l’extérieur du village. Seul Fenrir pourrait lui apporter la réponse à cette question une fois qu’il aurait fini sa propre enquête. Alors qu’elle s’apprêtait gagner l’autre partie du village qu’elle n’avait pas encore exploré, Ananta perçut des vibrations puissantes suivies d’éclats de voix et elle se figea, sa langue goutant l’air environnant. Dans la pénombre, ses yeux distinguèrent deux ombres qui venaient dans sa direction. Deux voix graves. Deux hommes à n’en point douter. Elle se rapprocha d’eux et les suivit afin de pouvoir profiter de leur conversation.

- …sincèrement qu’une telle atrocité ne… notre village. Comment ils ont appelé c’te chose déjà ?

- Une nano, euh… une anomalie! s’écria presque le deuxième homme quand son nom lui revint subitement à l’esprit.

- Chut ! Ne le dis pas aussi fort espèce d’imbécile ! C’était déjà assez effrayant d’entendre ces types en parler. Qui sait. Suffit-il de prononcer le nom de cette chose qu’elle pourrait réapparaître juste sous not’nez.


- J’espère pas. Rien que d’y penser que j’ai déjà les chocottes…

- Et dire que ces types encapuchonnés se font appeler des gardiens, ça me rend fou pas toi ? Ils n’hésitent pas à tuer et piller et ils osent se prétendre défendeurs et de ces… choses en plus.

- Une bonne partie de la foret a été détruite et je suis même pas sûr qu’il y repoussera quelque chose.

- C’te monstre avec son œil… BIM ! D’un seul coup, tout un pan de la forêt partait en fumée. Ce truc était tellement gigantesque qu’on pouvait presque voir le sommet de sa tête dépassait de la cime des arbres d’puis le village.

- Oh non… arrêtons d’en parler, sinon j’pourrais pas dormir ce soir.

- T’as bien raison. Rentrons.

Ananta siffla de satisfaction quant à la conversation qu’elle venait d’entendre et qui c’était avérer des plus intéressantes. Elle glissa le long des murs de maisons, espérant capter de nouvelles conversations aux contenus appétissants.

++++++++++

Silmarien fronça les sourcils sous sa capuche, partagé entre la surprise et la curiosité. C’était bien la première fois qu’un client s’offrait de lui-même, de sa propre initiative. L’elfe laissait très rarement le choix quant au prix que devait le client pour ses services, et quand ces rares fois arrivaient ou elle leur laissait le choix – et ce par simple curiosité- elle était très souvent déçu du résultat. De l’argent, des provisions, du bétail, des armes et tant d’autres choses encore qui avaient si peu de valeur à ses yeux. A part quelques rares fois où des clients désespérés comme des parents, qui allaient jusqu’à vendre leurs propres enfants.

Il était vrai que l’homme sous ses yeux, de par son physique, sa façon de s’habiller et tout son attirail qui semblait se limiter  à une sacoche et un katana ne semblait n’avoir rien d’autre comme bagage. Et peut-être le macaque débile qui roulait des yeux en braillant tout en tentant vainement de se saisir de la potion qu’elle tenait dans la main. Son corps valait-il donc moins que qu’un vulgaire sac et une épée ? Le katana passait encore, mais le sac attira son attention et elle s’interrogea bien vite sur son contenu. Bien qu’étant curieuse, elle préféra revenir sur le terrain qui l’intéressait réellement et reporta son attention sur Zack qui s’était levé et qui lui faisait à présent face. Bien que l’offre fût plus qu’alléchante, Silmarien avait des principes. En termes d’échange, toujours offrir ou donner quelque chose d’équivalent à ce qu’on avait soit même donner ou reçu.

Elle ne pouvait –même si elle le désirait ardemment- prendre plus qu’elle n’en avait le droit. Bien qu’elle pouvait faire une petite exception, pour une fois ! Elle soupira intérieurement avant d’esquisser un sourire et de porter les mains à sa capuche, relevant celle-ci et découvrant ainsi son visage.

- C’est bien la première fois que je rencontre quelqu’un comme toi, finit-elle par dire, un sourire énigmatique aux lèvres.

Silmarien porta la fiole jusqu’à son visage, son contenu brillant d’un étrange éclat alors qu’elle en secouait légèrement son contenu dans un faible geste de la main.

- Ce que tu m’offres en contrepartie m’intéresse.  Voilà ce qu’on va faire. Ce médicament contre une offre de protection. Je compte me rendre à Railan et j’ai besoin d’avoir un… garde du corps.

Son regard glissa de la fiole à Zack, attendant sa réponse dans un sourire froid.

- Voici les termes du contrat. Tu seras mon garde du corps jusqu’à ce que nous arrivions à Railan. Ce qui signifie que si on nous attaque, tu te bats pour moi. C’est aussi simple que cela. Trahis-moi, et tu en paieras le prix.

L’elfe se saisit d’une petite dague à sa ceinture et se coupa légèrement l’intérieur de la main qu’elle tendit ensuite dans sa direction.

- Si tu es d’accord, alors concluons un pacte par la magie en serrant nos mains.


Sur la main de Silmarien, on pouvait à présent voir crépiter quelques petites étincelles autour de la plaie.

- Ta réponse ? murmura-t-elle en souriant lentement.

_________________

"Je me fraie un chemin sur cette terre que la lumière de la lune gèle, l'ère de la destruction et de la renaissance commence." Bakumatsu K.I
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zack Gaunt
Modérateur


Messages : 216
Points : 234
Date d'inscription : 26/09/2013
Age : 26
Localisation : Tan-Velras

MessageSujet: Re: En direction de la capitale...   Mar 15 Avr - 17:24

*Zack ne quitta pas la femme du regard et bien que tout son corps lui hurlait de s’allonger, il restait debout, impassible.

Cette femme était bizarre… bizarre et dangereuse… mais le jeune homme n’avait pas le choix.*

Zack : Garde du corps…

*Il examinait la fiole qui qui brillait légèrement puis il poussa un soupire.
Dégainant son katana sur quelques centimètres, il passa rapidement sa main dessus pour faire une fine plaie à son tour.*

-J’accepte le job…

*Zack amena de l’énergie dans sa paume et serra alors la main de la femme. Tandis qu’ils étaient en contact, le jeune homme haussa un sourcil. Il sentait quelque chose… c’était très fin… une sensation étrange qui s’amplifiait à chaque crépitements provenant de la plaie.
La sensation lui parvenait de différentes façons mais ce qui primait par-dessus tout c’était un gout… il avait en bouche le gout de la menthe ou du moins quelque chose qui s’en rapprochait.
Lâchant la main de la femme, Zack ne pouvait s’empêcher d’être perplexe… c’était la première fois qu’il ressentait quelque chose comme ça… en même temps il n’était pas très souvent en contact aussi direct avec la magie de quelqu’un.

Le gout se mit alors à disparaitre tandis que Zack prenait la fiole entre ses doigts. Il examina le liquide un instant.*

-"Peut être souffrir" mais au moins je serais sur pied… c’est le deal.

*Prenant une grande inspiration, Zack engloutit le contenu de la fiole. Ça avait un gout très bizarre, pas mauvais, mais particulier.
Le jeune homme s’était attendu à hurler de douleur mais il n’en était rien. Il sentait une légère pression sur ses muscles et un sentiment de vertige mais aucune douleur supérieure à ce qu’il ressentait jusque-là.

Reposant le flacon, il s’assit sur le bord du lit, essuyant de nouveau son front couvert de sueur.*

-C’est pas si terrible que ça…

*Serrant le poing, Zack remarqua que cela devenait de moins en moins douloureux. Son corps semblait se remettre comme convenu. Il était encore loin d’avoir tout récupéré mais c’était déjà un début.*

-On se rend donc tous les deux à Railan…

*Tendant la main devant lui, Zack accumula de l’énergie. Cela lui pris quelques secondes mais il finit par en accumulé. C’est cependant avec surprise qu’il remarqua qu’elle n’avait pas sa couleur rouge habituelle. Elle était plus proche du violet, un violet assez foncé… Si c’était le seul effet secondaire alors sa pouvait aller.
Dissipant son énergie. Zack leva les yeux vers la femme.*

-Au passage je m’appelle Zack. Je ne sais pas si je vais le regretter mais merci pour les soins. Il semblerait que je puisse de nouveau me déplacer sans douleur majeure.
Nous allons pouvoir nous mettre en route…


*La porte s’ouvrit avec fracas tandis que Marcus entrait dans la pièce, essoufflé et apeuré.*

Marcus : La g… garde ! Ils sont là ! Nous sommes fichus !

*Zack poussa un soupire, il détestait avoir à faire à la garde du royaume. Comme tout hors la loi, il les esquivait le plus possible, surtout depuis que ces derniers avaient amélioré leur arsenal pour contrer la magie.*

-Flippe pas, même dans mon état je peux m’occuper d’une patrouille…

-Une patrouille ? *Coupa Marcus*. Il y a deux cohortes !

*Zack écarquilla les yeux tandis que Kaze se mit à tourner autour de lui en criant, les bras lever dans les airs.

Une cohorte c’était le regroupement de 94 soldats du royaume, encadrés par 5 capitaines et dirigé par un général… c’était utilisé uniquement en temps de guerre… alors deux unités…*

-Le grabuge dans les montagnes a du alerter le conseil…

*Zack se tourna vers la femme, esquissant un sourire gêné alors que de grosse goutte perlait sur son front.*

-J’ai eu quelques… soucis… avec l’autorité. Si l’on pouvait s’en aller maintenant ça m’arrangerait !

_________________
Zack - Carnet de voyage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.chasevideogame.com/
Silmarien
Vagabond


Messages : 10
Points : 14
Date d'inscription : 14/02/2014

MessageSujet: Re: En direction de la capitale...   Jeu 24 Avr - 10:14

Satisfaite, Silmarien esquissa un faible sourire quand elle sentit les doigts de Zack empoignaient les siens et que sa paume entra en contact avec la sienne, mêlant leur magie afin de conclure le contrat. Quand cela fut terminé et qu’il s’éloigna, la jeune elfe observa pensivement sa main, remuant lentement ses doigts comme s’ils étaient engourdis alors que son futur compagnon de route engloutissait le contenu de la fiole. Elle n’aurait sur dire quel était cette étrange sensation qui s’emparait d’elle alors que les derniers fragments de la magie de Zack crépitaient encore autour de sa plaie avant de disparaître.

Elle l’écouta distraitement alors qu’il semblait commenter les effets de la potion sur son corps quand un flux d’énergie attira son attention. Elle leva les yeux pour voir Zack assis sur le lit, de l’énergie s’accumulant à l’intérieur de sa main, lentement, mais surement. Un flux de magie d’une couleur violette.

Elle esquissa un sourire.

Zack : Au passage je m’appelle Zack. Je ne sais pas si je vais le regretter mais merci pour les soins. Il semblerait que je puisse de nouveau me déplacer sans douleur majeure.Nous allons pouvoir nous mettre en route…

Il semblait réellement pressé d’atteindre la capitale, mais cela ne la dérangeait aucunement. Cet endroit ne faisait à la base pas partie de son itinéraire et ils n’avaient que bien trop tardé. Elle-même avait hâte de rejoindre enfin sa destination. Quant à son nom, elle le connaissait depuis belle lurette, mais elle se garda de le lui dire, tout comme le fait de regretter ou non les soins qu’elle lui avait prodigué. La potion semblait commencer à faire son effet. Quand à d’éventuelles douleurs, elle espérait sincèrement être là pour en observer les effets. Elle ouvrit la bouche pour lui intimer, dans sa soudaine grande bonté de faire attention quand Marcus rentra précipitamment dans la pièce, la porte claquant contre le mur avec fracas.

Marcus : La g… garde ! Ils sont là ! Nous sommes fichus !

Silmarien haussa un sourcil surpris.

Zack : Flippe pas, même dans mon état je peux m’occuper d’une patrouille…

Marcus : Une patrouille ? Il y a deux cohortes !

La jeune elfe allait de surprise en surprise. Deux cohortes, ce qui signifiait 94 soldats, donc 5 capitaines et un général. Quel pouvait bien être la raison de leur présence ici ? Le combat qui avait eu lieu ? Si elle avait pu ressentir aussi facilement la vague d’énergie qui en avait découlé et ce, de l’endroit où elle se trouvait quand ça avait eu lieu… Silmarien poussa un soupir et ferma momentanément les yeux, rabattant sa capuche sur son visage. A cet instant, la pierre sur son front se mit à briller doucement à l’insu des deux hommes qui se concertaient.

Quand elle eut terminé, elle se tourna vers Zack alors que ce dernier lui souriait d’un air gêné, le visage légèrement en sueur.

Zack : J’ai eu quelques… soucis… avec l’autorité. Si l’on pouvait s’en aller maintenant ça m’arrangerait !

- Ça ne me dérange pas… Je préfèrerais ne pas être mêlé à ça non plus.

++++++++

Fenrir dressa ses oreilles et resta silencieux un moment. Caché dans l’ombre des arbres, il perçut ensuite le bruit étouffé dans la boue des sabots et des bottes en fers alors qu’un homme, un villageois semblait-il, se précipiter à l’entrée du village. En éclaireur certainement. Quelques minutes plus tard, les premières ombres apparaissaient hors du sentier, et la garde apparut. Fenrir grogna doucement avant de fermer les yeux.

Il serra les dents alors qu’on pouvait entendre le craquement de ses os, que sa fourrure disparaissait pour laisser place à une peau nue et pâle bientôt recouverte d’habits beaucoup plus formel, semblable à ceux d’un majordome. Ses iris d’un jaune irisé barré d’une fine pupille noire semblable à ceux des félins en pleins jour, brillèrent dans l’obscurité de la nuit. Sa transformation terminé, il entreprit de sortir de la forêt arracha la cape d’une des victimes du combat pour s’en recouvrir avant de s’approcher de la garde qui s’arrêta immédiatement à sa vue. Des hommes entourèrent rapidement celui qui se trouvait en ligne de tête, arrachant un sourire cruel à Fenrir qui soupira, une main sur son front. Il était encore bien loin de l’entrée du village, mais il veilla à tourner le dos afin qu’on ne puisse voir son visage. Cependant, il l’enleva partiellement, assez pour que celui qui s’avérait être le général puisse distinguer son visage.


++++++++


Silmarien esquissa un sourire satisfait. Cela leur laissait un peu de temps devant eux pour "filer à l’anglaise".

- Nous ferions mieux d’y aller. Nous allons prendre ma roulotte et passer par derrière.

La jeune elfe n’attendit aucune réponse et se dirigea vers l’extérieur, là où se trouvait sa carriole et son cheval, qui hennit doucement à sa vue. Elle lui caressa doucement l’encolure avant de se saisir des rênes afin de le faire avancer, montant à l’intérieur, prête à partir. Elle baissa les yeux vers Zack, suivit de Marcus. Et elle attendit.

_________________

"Je me fraie un chemin sur cette terre que la lumière de la lune gèle, l'ère de la destruction et de la renaissance commence." Bakumatsu K.I
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zack Gaunt
Modérateur


Messages : 216
Points : 234
Date d'inscription : 26/09/2013
Age : 26
Localisation : Tan-Velras

MessageSujet: Re: En direction de la capitale...   Lun 28 Avr - 17:34

*Tandis que Silmarien sortait de la pièce pour se diriger vers sa roulotte, Marcus retint Zack par le bras.*

Marcus : Ca va aller pour toi ?

Zack : Si je me dépêche oui !

*Marcus ne lâcha pas Zack. Ce dernier remarqua l’inquiétude de l’homme.*

-L’autre soir, quand tu méditais… je t’ai vu… parler à quelqu’un…

-Il m’arrive de parler seul, ne t’en fais pas ! *Déclara Zack en se dégageant pour vite partir.*

-Tu parlais comme si tu étais avec quelqu’un… comme s’il était là…

-C’est rien, je délire parfois !

-Tu vois une femme en rouge.

*Zack se stoppa net, se retournant vers Marcus. L’homme avait capté l’attention de Zack qui s’approcha alors de lui.*

-Comment tu sais ça ?!

-J’en étais sûr ! Zack tu dois m’écouter ! Elle est dangereuse ! C'est compliqué mais en fait elle...

*Marcus sursauta. Il baissa les yeux pour voir la lame du katana de Zack contre son ventre, puis relevant le regard, il fixa le jeune homme avec incompréhension.
Zack s’apprêtait enfoncer la lame lorsqu’il reçut un coup de poing de la part de Kaze. Le choc dégagea une volute de fumée bleue qui se dissipa en quelque instant.
Le jeune homme secoua alors la tête avant de poser le regard sur Marcus qui le fixait terrorisé.*

-Que s’est-il passé ? Je dois vite partir Marcus, les cohortes arrivent ! *Dit-il en rangeant son katana comme si de rien n’était.*

*Marcus tourna son regard vers le petit singe qui se tenait aux pieds de Zack et qui acquiesça en le regardant.*

-Ri… rien, dépêchons nous…

*Les deux hommes quittèrent aussitôt le bâtiment pour rejoindre la roulotte de Silmarien.
Tandis que Zack grimpa dans l’étrange véhicule, Marcus glissa en toute discrétion un papier dans l’une des poches du sac du jeune homme.

Quelques instants plus tard la roulotte quittait le village par une petite route à l’arrière qui amenait vers les montagnes afin de s’éloigner des cohortes. Car même si cela obligeait à faire un détour pour rejoindre Railan, cela évitait un affrontement perdu d’avance.
Alors que la roulotte s’éloignait, Zack pouvait voir certains habitants dont Marcus, sa famille et Korgen qui lui faisait signe.
Zack et Kaze en faisait de même, ils quittaient tous les deux de nouveaux amis après cette courte mais intense escale à Brunnel.



Il faisait nuit noire tandis que la roulotte avançait sur le chemin de fortune qui menait aux montagnes. Assit à l’arrière de la roulotte, Zack était allongé, se servant de son sac comme oreiller. Le petit singe était suspendu au plafond par sa queue, la tête à l’envers, il regardait la route.*

-Une fois arrivé, on trouvera l’autre type et on sortira les gens de la boule.

*Le jeune homme leva sa main et accumula de l’énergie. Cette dernière était toujours de couleur violette. L’examinant, Zack essayait de comprendre ce changement, car il ne se sentait pas différend, alors pourquoi la potion de Silmarien avait-elle eut cette influence sur lui ? Elle devait le soigner lui et non pas toucher à sa magie.

Zack alla alors rejoindre Silmarien tandis qu’au loin on pouvait voir la lune éclairer les montagnes. Le jeune homme fronça alors les sourcils.*

-Des montagnes, du froid… sa promet…

_________________
Zack - Carnet de voyage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.chasevideogame.com/
Silmarien
Vagabond


Messages : 10
Points : 14
Date d'inscription : 14/02/2014

MessageSujet: Re: En direction de la capitale...   Sam 29 Nov - 14:26

Silmarien fronça légèrement les sourcils quand elle vit le singe de Kaze grimpait furtivement sur son épaule et lui sourire de toute ses dents comme si de rien n'était. Elle roula légèrement des épaules pour lui faire comprendre que sa présence était indésirable, mais ce dernier sembla vouloir faire la sourde oreille et se contenta de regarder le paysage sombre qu'il avait devant lui. La jeune elfe soupira avant d'observer le même spectacle qui s'offrait à elle. Une verdure luxuriante qui disparaissait peu à peu pour laisser place à la surface froide et rugueuse de la pierre. S'ils voulaient éviter les gardes, ils étaient exclus de repartir par les sentiers de la forêt. Emprunter les espaces sinueux et dangereux de la montagne était la seule solution.

Silmarien grinça des dents quand la roulotte roula sur un énième nid-de-poule. Le voyage se montrait par bien des égards déjà bien désagréable. L'impatience commençait à se faire sentir. De prime abord, elle avait du se détourner de son itinéraire principal. Elle avait du ensuite fricoter avec des gens de la basse société sans aucune compensation en retour. En y repensant, elle n'était pas si perdante que sans tout compte fait et à cette pensée, elle jeta un bref regard à Zack qui avait prit ses aises à l'arrière de la roulotte. Ce dernier avait tendu la main devant lui, de l'énergie s'accumulant dans la paume de sa main. Sa magie laissa des résidus violets crépitaient entre ses doigts, amenant un sourire sur les lèvres de la jeune femme. Elle détourna les yeux quand elle vit le jeune homme esquissait un nouveau mouvement et s'assoir à coté d'elle pour observer le paysage qui les entourait.

- Des montagnes, du froid... sa promet...

Au même instant, un léger bruit de frottement se fit entendre et la roulotte bascula légèrement sous l’assaut d'un poids étranger. Un grognement se fit entendre et un museau se distingua sous les rayons de lune qui parvenait à filtrer à l'intérieur de la roulotte. Silmarien devança Zack avant que ce dernier ne dégaine son arme.

- Il est avec moi. Fenrir, voici Zack.

La jeune elfe omit volontairement de présenter la chose qui gesticulait de mécontentement sur son épaule et se contenta de la saisir par la peau du coup et de la balancer en direction de Fenrir. Le loup approcha son museau du singe pour le renifler avant d'esquisser ce qui ressemblait visiblement à un sourire, dévoilant par là l'ensemble de ses crocs luisants.

- Ne le mange pas, se contenta t-elle de dire d'une voix morne. Je doute qu'il soit comestible.


Le petit singe respirait la normalité mais la jeune elfe, habitué aux bizarreries en tout genre, ne doutait pas du fait que le primate avait quelque chose de spécial. Une intelligence légèrement au dessus de la moyenne peut-être. Fenrir délaissa Kaze pour venir flairer l'odeur de Zack et quand il eut terminé, vint se poster aux côtés de la jeune femme, lui lançant un regard interrogatif.

- Plus tard, se contenta de dire Silmarien en surveillant le chemin qu'il empruntait.

L'elfe réfléchissait. Maintenant qu'il avait été forcé d'emprunter un nouvel itinéraire, leur temps de trajet venait de considérablement s'allonger. Il pouvait trouver un endroit ou s'abriter le temps que passe la nuit et repartir très tôt à l'aube, ou continuer leur route en prenant le risque de se faire attaquer par des créatures, ce qui était forcé d'arriver. Silmarien avait maintes fois emprunté ce chemin et elle savait que des créatures nocturnes se tapissaient dans l'ombre des roches, guettant perchés sur les falaises.

- Je pense que t'en doutes, finit-elle par lâcher après un court instant de réflexion. Mais sois nous nous arrêtons pour la nuit, soit nous continuons en prenant en considération le fait que nous avons de grandes chances de nous faire attaquer par des monstres. Pour ma part, peu m'importe alors je te laisse décider.

_________________

"Je me fraie un chemin sur cette terre que la lumière de la lune gèle, l'ère de la destruction et de la renaissance commence." Bakumatsu K.I
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zack Gaunt
Modérateur


Messages : 216
Points : 234
Date d'inscription : 26/09/2013
Age : 26
Localisation : Tan-Velras

MessageSujet: Re: En direction de la capitale...   Sam 29 Nov - 20:47

*Zack fronça légèrement les sourcils en regardant le loup. Il n’avait pas du tout senti l’animal arriver, pas même ressenti son énergie.
L’animal n’avait rien d’amical aux yeux du jeune homme mais poliment il hocha la tête pour la saluer.
Le jeune homme approcha sa main de son arme lorsque Kaze se retrouva devant le loup mais le petit singe n’était pas particulièrement perturbé. Comme d’habitude il souriait en se grattant le nez.
Fenrir s’approcha alors de Zack qui continuait d’être déstabilisé par son incapacité à ressentir l’aura de la bête.

Regardant l’animal s’éloigné, Zack reporta son attention sur l’elfe tandis que Kaze venait s’accrocher au bras droit du jeune homme.

Zack entendit un ricanement dans sa tête. Il tourna les yeux vers l’un des chevaux sur lequel se trouvait Ashura, assise à l’envers sur le dos de l’animal. Complètement invisible aux yeux des autres car elle ne résidait que dans la tête de Zack, elle croisait les bras, arborant un sourire narquois.

Zack fronça aussitôt les sourcils. Quelque chose avait changé. Certains éléments étaient simples à voir : les cheveux d’Ashura avaient viré aux violets.  D’autres choses étaient plus subtiles, l’une étant l’attitude de la jeune femme. Elle n’était plus provocatrice mais avait viré à quelque chose de plus sombre et de plus mauvais.*

Ashura : Tu sais très bien ce que tu veux.

*Elle disparut et Zack senti son ventre le bruler. La sensation se propagea dans tout son corps, c’était comme si son sang était en train de bouillir.
Il ferma les yeux et secoua la tête, chassant d’un coup cette sensation.
Lorsqu’il les rouvrit, il esquissa un sourire mauvais.*

-Continuons. Ceux qui se mettront sur notre chemin le regretteront.

_________________
Zack - Carnet de voyage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.chasevideogame.com/
Silmarien
Vagabond


Messages : 10
Points : 14
Date d'inscription : 14/02/2014

MessageSujet: Re: En direction de la capitale...   Lun 15 Déc - 21:43

Pendant un instant, Silmarien sentit que quelque chose avait changé. C'était à peine perceptible, mais amplement suffisant pour qu'elle le ressente sans même avoir à se retourner, elle se contenta donc de jeter un regard en coin à Zack, l'observant un bref instant avant de se concentrer de nouveau sur la route, légèrement perplexe. Cela faisait déjà pas mal d'heures qu'ils se côtoyaient et ce n'était que maintenant qu'elle se posait la question quand à la personnalité de con compagnon d'infortune. Depuis le premier instant où elle avait croisé sa route, il était vrai qu'elle n'avait eu de cesse de remarquer que l'attitude du garçon changeait parfois brusquement sans crier gare, passant d'une extrême à une autre, parfois en l'espace de seulement quelques secondes. A bien y réfléchir, peut-être était-il simplement le genre de personne qui suivait son instinct en n'importe quel situation, redevenant calme quand la situation l'exigeait, exprimant sa colère devant l'injustice, sa soif de sang durant la bataille, sa peine face à la mort. Ainsi était fait les hommes. Si faibles.

- Continuons. Ceux qui se mettront sur notre chemin le regretteront.

... Et si forts à la fois. Dieu qu'elle détestait l'humanité autant qu'elle la fascinait. Son regard fixé sur la route sombre éclairé par le clair de lune, Silmarien se rappela momentanément les discussions qu'elles avaient avec ses amis de l'académie, au temps où elle vivait encore parmi les siens. Leurs débats portaient très souvent sur ceux qui habitaient hors de leur forêt, ceux qui habitaient en dehors des contrées elfiques. Les humains. Pour certains, ils étaient des êtres fascinants, à la durée de vie si courte que quoi qu'ils puissent faire, cela les rendaient intéressants. Leurs propos gardaient cependant une connotation ironique: de humains qui se battaient pour rendre leur existence utile aux yeux de l'humanité. Et quand ils mourraient, on célébrait les guerriers et les héros, les princes et les rois et on oubliait les fermiers, le boulanger en bas de la rue, les marchands... C'est ce qui rendait les humains haïssables aussi: leur propension à oublier ceux qui dans l'oubli, les avaient nourris pendant les famines, avaient durement cultivés les légumes dans les champs sous la sécheresse et la pluie. Les avis divergeaient, mais au final la conclusion était la même.

Pour Silmarien, l'humanité n'était rien. Ceux qui n'était pas capable de vivre plus d'un demi-siècle méritaient à peine qu'elles s'intéressent à eux. Cela la rendait-elle pire qu'eux? Certainement que oui, mais c'était un trait de caractère qui revenait très souvent chez les elfes, cette race si fière qui se plaçait parfois sur le piédestal des Dieux. Quelle ironie.

L'humanité n'est rien. L'humanité est misérable. L'humanité n'est moins que rien. Silmarien pensait que jamais elle ne changerait d'avis à ce sujet, mais quand elle voyait cette étincelle de folie dans ses yeux brillants et ce sourire mauvais, peut-être que finalement, elle était prête à réviser son jugement.

- Peut-être que rien n'est perdu. Alors montre-moi ce dont un humain est capable, pensa la jeune femme en souriant sous sa cape. Montre-moi ce dont "tu" es capable.


Alors que Fenrir percevait le changement d'humeur de la jeune elfe, un lourd grognement se fit entendre. Le loup se figea instantanément alors que le cheval alezan qui tirait la roulotte poussait un hennissement et arrêtait sa marche en plein milieu d'un chemin sinueux, ses naseaux frémissants dans le froid ambiant. Silmarien s'était figé elle aussi et elle savait qu'il en était de même pour Zack. Autour deux, il n'y avait plus qu'un silence, lourd de signification.

Un silence rapidement brisé par un nouveau grognement qui se mua bien vite en une sorte de gazouillement rauque, suivie d'autres grognements, d'autres gazouillements. Dans l'ombre des rochers, l'ennemi semblait se rire d'eux, savourant déjà l'idée de leurs corps brisés entre leurs crocs.

Silmarien regarda autour d'elle et poussa un bref soupir en se levant.

- Voilà ton vœu exaucé.

La jeune elfe caressa l'encolure de Fenrir qui descendit de la roulotte et se place près du cheval, les oreilles dressés et les pattes arqués, prêt à attaquer. Une main sur sa ceinture ou se croisaient la garde de ses deux épées, la jeune femme se retourna vers Zack, sans qu'on puisse deviner aucune expression sur son visage.

- Je ne te demanderais qu'une seule chose. Vise la nuque de ces créatures ou transperce leurs la tête. Tu es autorisé à leurs couper les pattes, mais tant qu'il t'ai possible, évite de trop t'en prendre au reste de leurs corps. J'ai besoin de matières premières.

Puis elle descendit de la roulette d'un bond gracieux alors qu'à seulement quelques mètres, la première créature posait un pied hors de la zone d'ombre que leur prodiguait les flancs de la montagne.

Semblable à un loup et de la taille d'une maison, le pelage pareil à une hyène et se tenant debout comme l'aurait fait un ours, se tenait une de ces créatures de l'ombre innommable, qui n'avait pas de nom et dont l'existence était tabou. Grognant et glapissant de contentement, nombres de ss congénères rejoignirent le premier, éclairant la semi-obscurité de leurs pupilles dorés, leurs crocs luisants de baves hors de leurs mâchoires étirés.

- Jouons un peu mes petits chiots, susurra Silmarien d'une voix envoutante en tendant les bras devant elle.

Derrière la jeune elfe, un sifflement se fit entendre tandis que dans son dos se dressait une gigantesque forme longiligne qui vint se glisser le long du corps de la jeune femme, entourant ses jambes, son ventre et ses bras et faisant prendre à sa peau une légère couleur grenat pourvue d'écailles.

- J'ai hâte de voir ce qu'il y a dans vos entrailles.

_________________

"Je me fraie un chemin sur cette terre que la lumière de la lune gèle, l'ère de la destruction et de la renaissance commence." Bakumatsu K.I
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zack Gaunt
Modérateur


Messages : 216
Points : 234
Date d'inscription : 26/09/2013
Age : 26
Localisation : Tan-Velras

MessageSujet: Re: En direction de la capitale...   Mar 23 Déc - 0:06

*Lorsque la roulotte s’arrêta, Zack huma l’air : il sentait quelque chose de sale, de très sale et de vraiment mauvais.
Grace à sa magie, il avait déjà ressenti des magies très variés, parfois puissantes, parfois infimes. Il y en avait eu des effrayantes comme celle des anomalies, des douces comme celle de Shera, des amusants, des fruités, des chaudes et même d’autres sur lesquelles il ne pouvait pas mettre de mot…

Pourtant… debout devant ces énormes créatures sorties de l’ombre, Zack éprouvait un malaise qu’il n’avait jamais ressenti.*

-Ça te fait tout bizarre hein ?

*Tandis que Silmarien descendait de la roulotte, Zack s’était tourné vers Ashura.
L’hallucination le regardait avec amusement et méchanceté, comme avec un proie trop faible pour soi.*

-Jusqu’ici tu n’avais encore jamais ressenti ça. Ce sentiment magnifique lorsque l’on se trouve auprès de monstre si malsain ! Rien à voir avec tes anomalies dépourvues de toute âme ! Ou tes humains qui se prétendent « méchant » en suivant juste leurs petites ambitions puériles.
Je me demandais ce que donnerai ta magie au contact de quelque chose de réellement mauvais.

*Zack n’aimait absolument pas le ton de la jeune femme. Il voulut ouvrir la bouche lorsqu’il remarqua soudain qu’il n’était plus sur la roulotte.
Il était au plein milieu d’un désert qui semblait s’étendre à perte de vue. En face de lui se trouvait Ashura. Elle arborait toujours ses cheveux violets et son sourire malsain.*

-Ou est-on ?!

-Quelque part dans ta tête. Un endroit où tu ne vas pas m’ennuyer…
Je dois avouer que je ne m’attendais pas à ce que les évènements s’enchainent de cette façon. Mais maintenant il est temps de me laisser ton corps Zack.

*Le jeune homme haussa un sourcil.*

-Qu’est-ce que tu racontes ? Quand bien même ce serait possible, c’est hors de question !

-Je reconnais bien la ta force de caractère ! Bien plus grande que ta ridicule force physique ! En temps normal cette discussion se serait arrêtée là. J’aurai dû attendre que tu sois inconscient ou bien au bord de la mort. Fort heureusement pour moi, il semblerait que les choses aient changé !

*Ashura fit un clin d’œil à Zack qui écarquilla aussitôt les yeux. Il baissa la tête et vit qu’il s’enfonçait dans le sable. Il ne pouvait rien faire pour se sortir de la et il était inexorablement aspiré par le sable.*

-La potion !

*Ashura esquissa un sourire, hochant la tête comme si elle salua la réflexion du jeune homme.*

-C’est pour ça que je te trouve intéressant. Avec ta magie on ne sait jamais ce qui va arriver !

-Tu ne peux pas être qu’une hallucination ! Tout ce que tu me fais depuis le debut! Qu'est ce que tu es?!

-Qui sait… Peut-être suis-je un démon, une fée, une divinité… ou simplement le résultat de ton esprit malade en morceau. Dommage que tu n’es pas la réponse ! Réfléchi pendant ton sommeil : suis-je issu de la magie ou de ta folie ?

*Zack essaya de toutes ses forces de résister mais il finit par être englouti par le sable, sombrant petit à petit dans un profond sommeil.
Debout dans le désert, Ashura arbora un sourire satisfait.

*********************************

*Le temps n’avait pas bougé hors de l’esprit de Zack qui descendit de la roulotte, marchant d’un pas assuré. Il ne loupa rien de la transformation de Silmarien et vint se planter au même niveau qu'elle, à quelques mètres d’écart.
Levant les yeux, il planta ses yeux dont les iris avaient pris une teinte violacé sur l’un des monstres.*

-Ça fait du bien d’être enfin à l’air libre, ce cor… cette roulotte m’ennuyait.

*Posant la main sur son katana, Zack dégaina sa lame qui émit un son strident tandis que la surface de la lame semblait se désintégrer comme brulée. Lorsque Zack tendit l’arme en face de lui, le métal était d’un blanc brillant et tout bruit avait disparu.*

-Je n’ai jamais aimé ces sales bêtes… Je ne sais pas ce veux faire avec ces saleté mais si ça t’amuse de te salir avec alors soit.

*Zack tendit sa main libre vers l’un des monstres et leva uniquement l’index tout en arborant un large sourire.*

-Un…

*L’instant d’après il se trouvait dans les airs au niveau de la tête d’une des bestioles. La seconde d’après il n’y avait plus qu’un amas de chair qui flottait en lieu et place du crane de la bête. La chair fut d’un coup projeté au sol alors que Zack réintégrait sa place en un battement de cil comme si de rien n’était.
Il esquissa un nouveau sourire satisfait.*

-Ok, ça « tu » sais faire, pas mal…

*Il se tourna alors vers Silmarien qu’il défia du regard avec une fourberie et un amusement malsain tellement fort que l’atmosphère sembla s’alourdir d’un coup.*

-Naïveté mise à part, on sait tous les deux que tu es loin d’être une gentille sainte aidant le premier inconnu. On a balayé rapidement les présentations ennuyeuses et standards quand on était dans ce village paumé. Les noms, les rôles, les objectifs… mettons cette pacotille de côté et montre moi qui tu es vraiment.
Ils ne l’ont pas encore compris, mais cette pitoyable troupe de rat va uniquement nous permettre de faire plus ample connaissance.

_________________
Zack - Carnet de voyage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.chasevideogame.com/
Zack Gaunt
Modérateur


Messages : 216
Points : 234
Date d'inscription : 26/09/2013
Age : 26
Localisation : Tan-Velras

MessageSujet: Re: En direction de la capitale...   Dim 3 Jan - 16:13

*Lorsque Zack ouvrit les yeux, tout était en ruine autour de lui. Il se sentait nauséeux, ses tempes le brulaient et il était écœuré par la forte odeur de sang.

A cause de sa vue trouble, il peinait à voir ce qui se trouvait autour de lui. C’était un spectacle horrible mêlant cadavres, membres tranchés et trace d’un terrible affrontement.*

-Qu’est ce… que…

*Alors que sa vue devenait plus clair, Zack se remémorait des morceaux de souvenir… de souvenir mais qui ne lui appartenait pas… Il se voyait faire des choses mais sans que ce soit réellement lui…*

-Ashura… Qu’est-ce que tu as fait…

-IL EST LA ! *Hurla alors une voix.*

*Zack se retourna et vit un soldat qu’il reconnut comme étant de Tan-Velras, l’instant d’après il reçut un coup de en pleine tête et perdit connaissance à nouveau.

Quelques heures plus tard, il ouvrit les yeux. Cette fois ce fut bien plus rapide pour reprendre ses esprits et découvrit qu’il était pieds et poings liés, enfermé dans une cage sur un chariot entouré de soldats.*

-Cet enfoiré s’est réveillé ! *Gronda un soldat.*

*Zack n’avait aucune idée de ce qu’il se passait, il essaya de rapidement examiner la situation mais il semblait qu’il n’avait pas la moindre chance de se sortir des problèmes dans lesquels Ashura l’avait fourré pendant qu’elle avait pris le contrôle de son corps. Il ne semblait pas non plus y avoir de trace de Silmarien, pas plus que de Nom ou de Kaze le petit singe.

Le reste du voyage se passa dans une ambiance lourde et ce jusqu’à ce qu’il arrive à Rai-Lan ou Zack fut jeté dans une cellule sans ménagement.
Il dut encore attendre 2 heures avant qu’un garde ne vienne lui expliquer la situation. L’homme le fixait avec dégout et colère mais essayait quand même d’être clair pour que Zack comprenne.*

-Zack Gaunt, suites à vos crimes dans le village de Lewand, vous allez être executé.

-Mes crimes ? *Demanda Zack stupéfait qu’il ait pu faire quelque chose l’amenant sur la chaise.*

-Tsss… Vous n’avez aucune honte… Apres avoir massacré une soixantaine de villageois, hommes, femmes et enfants tout en détruisant le village, vous nié les fait ! Quel genre de monstre êtes-vous ?

-J’ai… fais ça… *Bredouilla Zack.*

-Avoir massacré la fille d’un dignitaire de la capitale de cette façon… Clara Hall, cette pauvre fille… Profitez de vos derniers jours avant qu’on vous fasse rôtir la cervelle !

*Le garde quitta la pièce, laissant Zack abasourdit. Qu’est-ce que tout cela voulait dire ? Ashura était… spéciale… mais pourquoi lui aurait-elle fait tuer tous ses gens et cette noble ? Lorsque l’hallucination lui avait parlé avant de prendre le contrôle de son corps et même plusieurs fois par le passé, elle avait toujours été à la limite entre le bien et le mal, mais elle avait toujours fait les choses avec un objectif en tête…
Ou alors il était vraiment devenu fou… Une chose était sure, la fin arrivait et il était mal barré…*

[Suite de l'histoire sur ce lien.]

_________________
Zack - Carnet de voyage
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.chasevideogame.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En direction de la capitale...   

Revenir en haut Aller en bas
 

En direction de la capitale...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Entrée et tableau de la capitale
» Quel leadership , quelles pratiques de direction pour Haiti?
» Que signifie direction de la circulation de la PNH ?
» Nou mande la peine capitale pou mouche
» Geole n°2 Amandine 26 ans assistante de direction

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Artefact :: En jeu :: Royaume de Tan-Velras-